17 de març de 2016

Francis Ponge. Le parti pris des choses. Le cycle des saisons.


Las de s'être contractés tout l'hiver les arbres tout à coup se flattent d'être dupes. Ils ne peuvent plus y tenir: ils lâchent leurs paroles, un flot, un vomissement de vert. Ils tâchent d'aboutir à une feuillaison complète de paroles. Tant pis! Cela s'ordonnera comme cela pourra! Mais, en réalité, cela s'ordonne! Aucune liberté dans la feuillaison... Ils lancent, du moins le croient-ils, n'importe quelles paroles, lancent des tiges pour y suspendre encore des paroles: nos troncs, pensent-ils, sont là pour tout assumer. Ils s'efforcent à se cacher, à se confondre les uns dans les autres. Ils croient pouvoir dire tout, recouvrir entièrement le monde de paroles variées: ils ne disent que “les arbres”. Incapables même de retenir les oiseaux qui repartent d'eux, alors qu'ils se réjouissaient d'avoir produit de si étranges fleurs. Toujours la même feuille, toujours le même mode de dépliement, et la même limite, toujours des feuilles symétriques à elles-mêmes, symétriquement suspendues! Tente encore une feuille! —La même! Encore une autre! La même! Rien en somme ne saurait les arrêter que soudain cette remarque: “L'on ne sort pas des arbres par des moyens d'arbres”. Une nouvelle lassitude, et un nouveau retournement moral. “Laissons tout ça jaunir, et tomber. Vienne le taciturne état, le dépouillement, I'AUTOMNE”.


Traducció de Joaquim Sala-Sanahuja 

El partit pres de les coses. El cicle de les estacions.

Cansats d’estar-se arraulits tot l’hivern, els arbres s’exclamen tot d’una d’haver estat enganyats. No es poden aguantar més: amollen les paraules, un doll, un vòmit de verd. Intenten d’assolir una foliació completa de paraules. Tant se val! Ja s’ordenarà com podrà! I, en realitat, tot s’ordena. No hi ha gens de llibertat en la foliació... Llancen, o creuen llançar, paraules qualssevol, llancen tiges per penjar-hi més paraules: els nostres troncs —pensen— hi són per assumir-ho tot. I intenten de tapar-se, de confondre’s els uns en els altres. Creuen poder dir-ho tot, recobrir el món sencer de paraules variades: i només diuen “els arbres”. Són incapaços fins i tot de retenir els ocells, que s’envolen tot seguit, mentre que es jactaven d’haver produït flors tan estranyes. Sempre la mateixa fulla, sempre la mateixa forma de desplegar-se, i el mateix límit, sempre fulles simètriques a elles mateixes, simètricament penjades! Prova de fer-ne una altra —La mateixa! Vinga, una altra! La mateixa! Res, al cap i a la fi, no podrà aturar-los sinó, de sobte, aquella observació: “No se surt dels arbres amb mitjans d’arbres”. Una nova lassitud, i un nou capgirell moral. “Deixem que tot s’esgrogueeixi i caigui. Vinga el taciturn estat, el despullament, la TARDOR”.



Etiquetes de comentaris:

0 que prenen la paraula links to this post

0 Comments:

Publica un comentari a l'entrada

Links to this post:

Crear un enllaç

<< Home